Archives par mot-clé : CGGG

ABÉCÉDAIRE PHILOSOPHIQUE À L’USAGE DES (DÉ)CONFINÉ.E.S Au profit de l’association Emmaüs

Avec un article de Pascal Taranto, directeur du Centre Gilles Gaston Granger

En ces temps difficiles, qu’il nous est demandé de surmonter individuellement et collectivement, les Éditions M-Éditer souhaitent se rendre utiles.

À cet effet, nous avons rassemblé 26 propositions philosophiques, dans un livre de 285 pages pouvant nous aider à penser l’événement et le monde qui est le nôtre aujourd’hui et celui que nous voulons habiter demain.

 L’intégralité des bénéfices de la vente de ce livre sera reversée à l’association Emmaüs.

Continuer la lecture de ABÉCÉDAIRE PHILOSOPHIQUE À L’USAGE DES (DÉ)CONFINÉ.E.S Au profit de l’association Emmaüs

Exposition Biomorphisme (Centre Gilles Gaston Granger – UMR 7304) – Friche Belle de Mai à partir du 10 novembre 2018

Unité mixte de recherche CNRS/AMU 7304  en philosophie et épistémologie comparative  représenté par son directeur Pascal Taranto a le plaisir de vous présenter l’ouverture de l’exposition

Biomorphisme – Approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant

à la Friche Belle de Mai,  le 10 novembre 2018

Continuer la lecture de Exposition Biomorphisme (Centre Gilles Gaston Granger – UMR 7304) – Friche Belle de Mai à partir du 10 novembre 2018

Appel à communications «Les connaissances négatives» – 21/23 novembre 2018

L’appel à communication est ouvert : pour plus d’informations, cliquez ici
Les propositions de communications sont à envoyer au plus tard le 31 mai 2018.

L’avènement de la Modernité s’est accompagné d’une critique radicale de la métaphysique traditionnelle. Depuis les Lumières (notamment françaises) et plus encore avec Nietzsche et sa déconstruction des « Hinterweltler », la quête de justifications ultimes (Letztbegründungen) ou de connaissances transcendant l’immanence est devenue une entreprise largement suspecte. Si le rétablissement de systèmes métaphysiques aspirant à « expliquer tout », comme le formulait Kierkegaard avec ironie, ne semble aujourd’hui ni possible ni souhaitable, se pose toutefois la question de savoir s’il reste légitime de poser des questions métaphysiques dans l’ère post-métaphysique, et sous quelle forme. Cette question anime plusieurs entreprises philosophiques récentes, qui remettent au cœur du débat contemporain des figures du savoir qu’une conception positiviste de la science avait reléguées dans le domaine du mythe. Par exemple, le philosophe allemand Thomas Rentsch défend fermement la légitimité du questionnement métaphysique en contexte post-métaphysique, en le formulant sur le terrain de la connaissance, et en particulier des connaissances négatives. Ce champ de recherches nourrit une réflexion critique sur la prédominance actuelle des discours scientifique, économiste et positiviste, qui promouvraient un concept réducteur de la raison humaine. A l’encontre de cette tendance, Rentsch plaide pour la légitimité des questions que l’homme ne peut pas ne pas poser, et auxquelles il faut essayer de répondre en recourant à des approches méthodologiques à la hauteur des exigences épistémologiques du XXIe siècle, dont une des voies privilégiées est la réactualisation de la voie négative.

Continuer la lecture de Appel à communications «Les connaissances négatives» – 21/23 novembre 2018

Le rôle du corps dans la cognition

PSYCHOLOGIE -LINGUISTIQUE -PHILOSOPHIE
Le rôle du corps dans la cognition

Séminaire Linguistique -Psychologie
le 28 février 2018 de 10h30 à 12h30
Organisé par des doctorants de l’ED 356
avec le soutien du Centre Gilles Gaston Granger (ex CEPERC), du LPL, du BLRI-ILCB
et de l’ED 356 Cognition, Langage, Education -Université Aix-Marseille. Continuer la lecture de Le rôle du corps dans la cognition