Tous les articles par aureliepasquier

Journées d’étude des 5 et 6 mai 2022 : Discriminations en milieux scolaire et professionnel – expériences individuelles et logiques systémiques

Journées d’études à Aix-en-Provence, organisées par l’Urmis, le Lest et SFERE-Provence

PROGRAMME

5 Mai 2022

13:15 Mots d’introduction


13:30 Jean-Luc Primon (URMIS, Université Côte d’Azur) : L’étude des discriminations ethno-raciales dans le champ scolaire. Regard statistique et sociologique.

14:15 – Session 1 : (Non)Dicibilité des discriminations

Alessandro Bergamaschi (LEST, URMIS, Université Côte d’Azur) – Dire ou ne pas dire les discriminations

Ingrid Tucci (LEST, CNRS, INED)–Descendants d’immigrés en France et Allemagne : quelles catégories pour exprimer les discriminations ?

Q&R : Lancement des échanges par Driss Belkasmi (LEST, Aix-Marseille-Université).
Modération : Dominique Epiphane

Pause

15:35 – Session 2 Discriminations et logiques d’altérisation en contexte scolaire

Géraldine Bozec (URMIS, Université Côte d’Azur) et Christelle Hamel (INED) – Une université à l’abri des discriminations ? Appréhender l’expérience étudiante et les questions qu’elle pose
Laura Foy (ADEF, Aix-Marseille-Université) – Double standard et regard des enseignant·es sur les élèves et les familles minorisé·es : approche ethnographique des processus d’assignation des publics à l’altérité en éducation prioritaire renforcée

Q&R : Lancement des échanges par Thierry Berthet (LEST, CNRS, Aix-Marseille-Université).
Modération : Alessandro Bergamaschi


Marie Lucy (ADEF, Aix-Marseille-Université) – Diversités culturelles et religieuses, inégalités, discriminations : des enjeux pour l’éducation et la formation.

Marie-Laure Harmand (LEST, Aix-Marseille-Université) – L’éducation à la citoyenneté face aux inégalités et aux discriminations : jalons pour une approche comparative en France au Québec.

Q&R : Lancement des échanges par Pauline Sabucco (LEST, Aix-Marseille-Université) et Gabin Ossoula (URMIS, Université Côte d’Azur) (5 min).
Modération : Thierry Berthet


6 Mai 2022

9:30 – Session 3 Discriminations et logiques d’altérisation en contexte professionnel

Dominique Meurs (Université Paris Nanterre, INED) – De la mesure des inégalités dans l’accès au marché du travail à l’estimation de la discrimination. Application à la situation des immigrés et secondes générations en France

Q&R  Modération : Vanessa Di Paola  (LEST, Aix-Marseille-Université)

Francesca Sirna (CNE, CNRS) – Crises et mobilité internationale du personnel hospitalier européen et non-européen dans le Sud-Est de la France : parcours professionnels, genre et processus de discrimination 

Frédéric Décosse (LEST, CNRS) – La condition d’ouvrier agricole migrant au prisme de la race: réflexions préliminaires

Q&R : Lancement des échanges par Mélissa Blanchard (CNE, CNRS).
Modération :  Vanessa Di Paola

Pause

Milena Doytcheva (Université de Caen-Normandie & Institut Convergences Migrations) : Être ou ne pas être un candidat de la diversité ? Expérience de discrimination et croyance méritocratique dans les politiques de diversité en emploi

Q&R : Béatrice Mesini (TELEMMe, Aix-Marseille-Université).
Modération : Alessandro Bergamaschi

12:00  – Conclusion et échanges, Dominique Epiphane, Alessandro Bergamaschi et Ingrid Tucci 

Appel à projets émergents de recherche en éducation 2023 – SFERE- Provence

Lancement de l’appel : 10 juin 2022 – Clôture de l’appel 12 septembre 2022 – Présentation par l’équipe du projet en conseil scientifique de SFERE-Provence le 13 octobre 2022 (les responsables des projets seront présents au CS pour une présentation).

L’ensemble du dossier devra être déposé sur cet espace et la copie envoyée par mail à l’adresse: sferep-emergent@univ-amu.fr le 12 septembre 2022 au plus tard.

SFERE-Provence (FED 4238) souhaite susciter et dynamiser des rencontres inter laboratoires dans la perspective de développer des projets originaux et interdisciplinaires de recherche en éducation.

Ces projets émergents peuvent solliciter SFERE-Provence dans le but d’obtenir une aide financière pour l’année 2023 (dans les limites de 4000 euros par projet). Le montant accordé par la structure fédérative peut différer du montant demandé en fonction du nombre de projets acceptés.

A l’issue du soutien accordé par SFERE-Provence, les projets émergents auront pour ambition de se poursuivre et de se développer dans au moins une des 5 actions AMPIRIC ou de répondre à des AAP d’organismes nationaux ou internationaux de soutien à la recherche.

Cahier des charges de l’appel à projet :

  • Le projet doit être porté par des membres permanents d’au moins 2 laboratoires de SFERE-Provence.
  • Le projet formulé doit être un projet nouveau, original et interdisciplinaire s’appuyant sur la littérature internationale existante relative au contenu du projet.
  • L’équipe du projet s’engage à intégrer, dès le démarrage du projet, un à trois masterants MEEF.
  • Les avis positifs des directeurs des laboratoires membres de SFERE-Provence engagés dans le projet doivent appuyer les réponses formulées par les équipes.
  • Les laboratoires membres de SFERE-Provence engagés dans le projet doivent participer au financement du projet émergent répondant à l’appel de SFERE-Provence.
  • L’équipe du projet s’engage à communiquer sur sa recherche lors des journées scientifiques de SFERE-Provence.
  • Un diagramme de Gantt présentant les étapes de réalisation du projet doit être joint au dossier de candidature, ainsi qu’un budget prévisionnel.
  • Un bilan de fin de projet sera à remettre au Conseil scientifique de SFERE-Provence dans les deux mois suivant la fin du projet.

Le dossier de réponse à l’appel à projets de SFERE-Provence est téléchargeable sur le site de SFERE-Provence (http://sferep.univ-amu.fr/) et sur les Carnets de SFERE-Provence (https://sfere.hypotheses.org/).

Il doit comporter :

  • Le formulaire de soumission d’un projet émergent de recherche en éducation SFERE-Provence comprenant la présentation de la composition de l’équipe, le résumé de la proposition, une présentation détaillée de la proposition et un budget prévisionnel.
  • Un diagramme de Gantt comprenant les étapes de réalisation du projet.
  • Les avis des directeurs des laboratoires membres de SFERE engagés dans le projet et les montants des co-financements prévus par les laboratoires.
  • Un budget prévisionnel

Calendrier de l’appel à projet :

  • 10/06/2022 : Lancement de l’AAP « émergent-SFERE »
  • 12/09/2022 : Clôture de l’AAP « émergent-SFERE »
  • 15/09/2022 : Présélection au conseil de fédération
  • 13/10/2022 : Présentation et soutien oral par les équipes des projets déposés lors du conseil scientifique de SFERE-Provence (13h30-15h30).
  • 14/10/2022 : Diffusion de la liste des projets sélectionnés par le conseil scientifique de SFERE.
  • 2 janvier 2023 : Démarrage des projets sélectionnés.

Télécharger le formulaire

Source : https://aapesfere22.sciencescall.org/

15 et 16 juin 2022 – Altérité et interculturalité au service des apprentissages

 Pour la deuxième année consécutive, l’équipe du programme Le geste créatif et l’activité formative (GCAF) au sein de l’UR 4671, organise ses journées de rencontres internationales. Soutenues par la Structure Fédérative de Recherches en Éducation de Provence (SFERE-Provence, FED 4238), ces « Journées de juin » auront lieu les 15 et 16 juin 2022, à l’INSPE d’Aix-Marseille. Elles seront dédiées à l’altérité et l’interculturalité au service des apprentissages. En s’appuyant sur des environnements théoriques pluridisciplinaires, l’objectif de ces deux journées est d’étudier le rôle des enseignements, en particulier des enseignements artistiques, pour repenser la relation à l’autre dans des dimensions interculturelle et créative, permettant le développement des savoirs et compétences nécessaires à un citoyen apte à s’intégrer dans un monde en mutation en respectant les choix de chacun. 

Programme détaillé 

 

Séminaire sur la coopération universitaire avec les Etats-Unis qui se tiendra vendredi 10 juin 2022, de 15h à 18h, en visioconférence.

La Direction des Relations Internationales organise un séminaire sur la coopération universitaire avec les Etats-Unis qui se tiendra vendredi 10 juin 2022, de 15h à 18h, en visioconférence.
  
Ce séminaire s’adresse à l’ensemble de la communauté scientifique d’AMU et aura pour objectif de :
  1. Présenter la coopération d’AMU avec les Etats-Unis ;
  2. Faire un focus sur les différents outils et dispositifs de financement pour renforcer les coopérations franco-américaines.
 
Il se déroulera en deux parties :
  • Session institutionnelle: la coopération d’AMU avec les Etats-Unis
  • Interventions des Vice-Présidents chargés des Relations Internationales, de la Recherche, de la fondation universitaire A*Midex ;
  • Témoignages d’enseignants-chercheurs sur leur partenariat avec un établissement américain.
  • Session d’information sur les différents outils et dispositifs de financement afin de développer la coopération franco-américaine
  • Interventions de l’Ambassade de France aux Etats-Unis, de la Commission franco-américaine Fulbright et du CNRS à Washington ;
  • Témoignage d’un ancien lauréat AMU d’une bourse Fulbright, présentation d’un projet de collaboration afférent.
 
Public cible: l’ensemble de la communauté scientifique d’AMU.
 
Les présentations seront suivies d’un temps d’échanges et de sessions questions/réponses.
 
Pour des raisons de logistique, si vous souhaitez assister à ce séminaire, nous vous prions d’ores et déjà de vous inscrire à partir du lien suivant :
Vous recevrez par Email le lien pour vous connecter à la réunion.

APPEL A CANDIDATURES : Un Chargé de mission « Formateur / Chercheur » (H/F) CDD – Temps Plein

L’IRTS/PACA et Corse recrute : Un Chargé de mission « Formateur / Chercheur » (H/F) CDD – Temps Plein – CCNT 1966 Cadre Technique Classe III Niveau 1 Le poste est à pourvoir pour septembre 2022

Sous la responsabilité du Responsable du Centre d’Activité Recherche, l’IRTS/PACA et Corse recrute un(e) chargé(e) de mission Formateur(trice) / Chercheur(se) pour un CDD de 24 mois. La mission se compose d’un mi-temps « Recherche » et d’un mi-temps « Formation ».

Le contexte général

Le développement des usages du numérique renforce depuis quelques années les difficultés d’accès aux droits des personnes les plus fragilisées, qu’elles soient en situation de handicap, d’exclusion sociale ou scolaire, de précarité économique, ou encore, peu familières des usages informatiques. La numérisation de la société, des environnements de travail amènent les travaillent sociaux à composer avec de nouveaux outils, visuels, organisationnels, éducatifs pour accompagner les personnes, jeunes et moins jeunes dans leurs usages et démarches sociales, éducatives, culturelles. Les activités de médiation numérique qui visent au maintien et au renforcement du lien social et à la prévention des exclusions prennent de plus en plus de place. Elles mobilisent des compétences et savoirs transversaux, mêlant fonctions et outils de la médiation sociale, « de l’aller vers », à des savoirs et connaissances issus du champ du travail social et de l’accompagnement des personnes : relation éducative, soutien à la parentalité, à la prévention de la radicalisation, accompagnement de la dépendance… Les travailleurs sociaux inscrivent leurs actions dans un nouvel espace social où l’usage de soi prend des formes et contraintes différentes, où le « numérique » devient un média potentiel de la relation éducative et des espaces relationnels, de la prévention des exclusions et du soutien de l’émancipation sociale et éducative. Pour répondre à ces enjeux, l’IRTS PACA Corse pilote et met en œuvre des projets et expérimentations autour des liens entre numérique et travail social. En octobre 2022, une formation expérimentale de Technicienne de l’Intervention Sociale et Familiale Médiation et Education au Numérique démarre, à laquelle est adossée une recherche-action visant à documenter et analyser les effets, impacts de cette formation sur les cadres d’intervention et les transformations à l’œuvre.

La recherche-action s’inscrit dans le cadre du SocialLab, laboratoire d’innovations qui associe l’ensemble des personnes concernées (usagers, étudiants, travailleurs sociaux, cadres, etc) à la dynamique de production de connaissances et de savoirs sur la formation et les enjeux du numérique dans le secteur de l’action sociale. Plusieurs axes de recherche sont envisagés : Axe 1. Appropriations et usages du numérique par les acteurs parties prenantes (institut de formation et ses équipes, sites qualifiants, partenaires, étudiants) Axe 2. La formation de TISF MEN : modélisation, transformation des usages et cadres d’apprentissage Axe 3. Le travail social à l’épreuve du numérique : transformations des pratiques, des rôles et fonctions Axe 4. Intervention “à domicile” : accompagnement socio-éducatif des usages et accès aux droits. La mission « Formation » se compose d’enseignements dans le cadre des modules dédiés aux questions numériques et d’accompagnement dans le cadre du module Atelier de Recherche Collective pour les étudiants en formation de grade Licence et d’interventions sur sites professionnels.

Profil attendu

Il/elle est titulaire d’un doctorat en Sciences Humaines et Sociales. Une bonne connaissance des enjeux liés au numérique et du travail social est nécessaire. Il/elle sera principalement localisé(e) sur le site des Flamants et sera amené(e) à se déplacer.

Les candidatures devront être adressées à :

Monsieur le Président de l’IRTS/PACA et Corse

10 avenue Alexandre ANSALDI

CS 30003

13311 MARSEILLE CEDEX 14

ou en format électronique à : sabah-agueni@irts-pacacorse.com

Pour le 16 juin 2022 au plus tard

Les candidatures devront être composées d’une lettre de motivation et d’un curriculum vitae détaillé.

Ateliers à la bibliothèque l’Alcazar de Marseille. Le 15 avril 2022. Les suivants en mai, juin, octobre et novembre 2022

Le positionnement scientifique de l’initiative Ecocomplex reste le même qu’en 2020, à savoir « mobiliser l’interdisciplinarité afin de coconstruire un cadre et /ou une base théorique commune, partageable, accessible et mobilisable pour répondre de façon opérationnelle aux grands défis socio-environnementaux du XXIème siècle ».

Afin d’y parvenir, un des objectifs de l’initiative consiste à mettre en place un grand colloque prospectif en 2023 au siège du CNRS, sur le thème général de la complexité de la transition socio-environnementale, en s’appuyant sur les travaux du séminaire organisé cette année 2022.

Ce séminaire se structure autour de six ateliers réflexifs, d’une journée chacun. Nous nous intéresserons dans une première série d’ateliers à l’appréhension des différents types de complexités apparaissant dans les éléments constitutifs des enjeux socio-environnementaux en une complexité globale. La transition vers l’opérationnel nous amènera ensuite à aborder la prise de décision en période de crise dans un environnement complexe.

Ces ateliers se tiendront à la bibliothèque l’Alcazar de Marseille. Le premier atelier est fixé le  15 avril prochain. Les suivants sont prévus en mai, juin, octobre et novembre.

Afin de s’inscrire dans une démarche « bottom-up » et pour nourrir les échanges dès le premier atelier, il est nécessaire de renseigner le questionnaire accessible par le lien : https://columbo.univ-amu.fr/index.php/364862?lang=fr

Ce questionnaire est issu d’un travail collaboratif entre le Comité Scientifique d’Ecocomplex et des sociologues d’AMU. Il correspond en quelque sorte à un « droit d’inscription » et à la volonté de participer à l’ensemble des ateliers du séminaire, c’est à dire d’intégrer la « communauté Ecocomplex » pour collaborer scientifiquement à la préparation du colloque prospectif de 2023 et devenir un.e acteur.trice majeur.e de cet  événement.

Une fois le questionnaire renseigné, la demande d’inscription se fait sur lien : http://ecocomplex-2022.sciencesconf.org

Les Collections de SFERE-Provence sur HAL AMU : Infos utiles

Chère-er-s chercheuse-r-s de SFERE-Provence,

lorsque vous faites un dépôt (publication, communication, etc.) dans HAL sur le thème de l’éducation ou la formation, pensez à sélectionner le domaine “Education” lors du dépôt, si celui-ci n’est pas par défaut votre domaine de recherche.

Continuer la lecture de Les Collections de SFERE-Provence sur HAL AMU : Infos utiles

APPEL À CANDIDATURE CONTRATS DOCTORAUX DREAM*U

Lancement d’une campagne d’appel à candidature pour le recrutement de 9 doctorant·e·s pour le projet DREAM*U

Voir l’appel à candidature contrats doctoraux complet

Voir la présentation du projet DREAM*U par Stéphanie Mailles Viard Metz (Professeure des Universités, UR ADEF, Cheffe de mission du projet DEAM*U) faite lors du dernier conseil scientifique de SFERE du 23 février 2021.

L’Institut Créativité Innovations nous rejoint

L’Institut Créativité Innovations, InCIAM, d’Aix Marseille Université, fait maintenant partie des instituts associés à Sfere-Provence.

Il s’agit d’un réseau scientifique pluridisciplinaire, conduisant des recherches fondamentales et appliquées, en lien avec le monde socio-économique, pour comprendre et accompagner les processus créatifs et d’innovation dans les domaines de la santé, de l’éducation et du travail.

Nathalie Bonnardel (Professeure des Universités en Psychologie cognitive), directrice de cet institut, a présenté l’InCIAM au dernier conseil scientifique de SFERE du 23 février 2021.

Diaporama de présentation de l’InCIAM

Présentation de SFERE

La Structure Fédérative d’Études et de Recherches en Éducation de Provence (SFERE-Provence, FED4238), créée en 2012, est sous la tutelle de l’Université d’Aix-Marseille et partenaire de l’Université de Nice-Sophia Antipolis. Elle fédère une vingtaine d’unités de recherche dans les secteurs de l’enseignement, l’éducation et la formation, et des sciences humaines et sociales. La politique scientifique qui y est conduite tient compte des spécificités de chaque structure, tout en organisant une synergie permettant l’utilisation optimale et harmonisée des moyens intellectuels et matériels. L’enjeu est de renforcer localement la complémentarité des approches et des méthodologies des recherches, mais aussi d’en améliorer la visibilité régionale, nationale et internationale.

La fédération ainsi constituée vise le décloisonnement disciplinaire afin de développer nos connaissances dans les secteurs de l’enseignement, l’éducation et la formation, que ce soit sur les organisations scolaires ou les systèmes institutionnalisés de formation. Ces questions occupent une place prépondérante dans nos sociétés qu’il s’agisse d’en discuter les orientations, les organisations, leur efficacité, leurs performances, leur adaptation, leur adéquation, leur cohérence ou leur pertinence. La fédération ainsi engagée devrait permettre une plus grande visibilité des politiques de recherche conduites, et par voie de conséquence, en améliorer la coordination et les portées sociales et scientifiques.

Objectifs

La Structure Fédérative d’Études et de Recherches en Éducation de Provence vise à :

  • favoriser la réussite de projets scientifiques inter-laboratoires d’une envergure dépassant les moyens des entités composantes considérées isolément ; la mise en place d’un dispositif d’appui pouvant revêtir des formes régulières ou ponctuelles (veille scientifique, appui au montage de projets, suivi relationnel avec les partenaires extérieurs, etc.) ;
  • développer les aspects de communication (entre les unités de recherche de la fédération) ; de promotion, tant en interne qu’à l’extérieur, de la connaissance scientifique ; de valorisation économique (en lien avec les entreprises) ; et de formation en relation avec les partenaires institutionnels de SFERE-Provence ;
  • contribuer à l’élaboration d’une politique de développement de la recherche en Education et Formation dans la region PACA.

Pour en savoir plus voir le site officiel de SFERE-Provence

Projet 2.1

“Télécollaboration”

Equipe du projet : André Valérie (MCF, culture et civilisation britanniques, LERMA), Cappellini Marco (MCF, didactique des langues et cultures, LPL, porteur de projet), Combe Christelle (MCF, sciences du langage et didactique des langues, LPL), Gadille Martine (CR, sociologie du travail, LEST), Impedovo Maria-Antonietta (MCF, sciences de l’éducation, ADEF), Ladage Caroline (PU, sciences de l’éducation, ADEF), Van der Yeught Michel (PU, sciences du langage et langues de spécialité, LERMA).

Le terme ‘télécollaboration’  recouvre l’ensemble d’initiatives d’hybridation des pratiques de classe qui visent à mettre en contact des apprenants distants afin qu’ils collaborent pour développer leurs connaissances et/ou leurs compétences dans différentes disciplines. Outre à être un champ de pratique pédagogique, la télécollaboration s’affirme comme un domaine de recherche, parfois articulée à la pratique avec différentes formes de recherche-action. Cela est témoigné entre autres par la récente création de l’association Unicollaboration , qui vise à soutenir la télécollaboration ainsi que les recherches sur celle-ci, ou encore par un récent rapport de la Commission Européenne ayant amené à une action Erasmus + Virtual Exchange  lancée le 11 janvier 2018 .

Au sein de SFERE, différents chercheurs enquêtent sur des questions liées à la télécollaboration (sans forcément les appeler de cette manière), sans toujours être en contact ou même au courant des différentes initiatives. Parmi les différents projets de formations et/ou de recherche, nous pouvons nommer le projet Erasmus + BLTeae, le projet SFERE PIN, les projets de télécollaboration pour l’enseignement/apprentissage des langues en cours en partenariat entre AMU et la University of Miami, la Polytechnic University Hong Kong et l’Open University. Le premier objectif de ce projet est de réunir les chercheurs et praticiens de SFERE s’intéressant à la télécollaboration autour d’un séminaire de recherche de deux jours. Le deuxième objectif est de former les chercheurs et surtout les jeunes chercheurs aux différentes méthodes de recherche pour aborder les échanges en ligne.

Le séminaire de recherche se déroulera sur deux jours en octobre 2018 en collaboration avec Unicollaboration  autour de trois thématiques principales. Pour chacune, il y aura une conférence plénière suivie d’un atelier pratique de prise en main des outils et/ou des concepts sur des données concrètes.

Dans la design-based research il s’agit de développer, évaluer, mettre en œuvre et disséminer des innovations éducatives, vues comme solutions à des problèmes éducatifs complexes. Cette approche repose sur une collaboration entre des enseignants et chercheur dans une démarche combinant recherche empirique en éducation et conception théorique d’environnements éducatifs. Le séminaire propose d’introduire les principes de la DBR de prendre en compte les dimensions impliquées dans l’éducation numérique. (Intervenant pressenti : Bart Rienties, Open University .)

Les interactions en ligne sont caractérisées par la multimodalité, autrement dit la présence simultanée de plusieurs régimes sémiotiques dans le co-construction du sens. Même si le concept de multimodalité est très répandu, son étude présente toujours des défis méthodologiques, que ce soit en termes de recueil de données, de constitution de corpus ou d’analyse. On s’intéressera à comment la multimodalité peut être abordée à ces différents stades et aux outils à disposition pour l’annotation et le traitement de corpus multimodaux. (Intervenant pressenti : Gunther Kress, University College London .)

L’analyse conversationnelle est une approche qualitative de dérivation sociologique s’intéressant aux procédés de gestion et de co-construction de la réalité sociale dans l’interaction. Grâce aux développements technologiques, l’AC a pu d’une part intégrer la prise en compte de la multimodalité des interactions (prosodie, posture, gestuelle…) ; d’autre part, les échanges en ligne introduisent une médiatisation contraignant les interlocuteurs à adapter ou réinventer les processus de l’interaction. Le séminaire permettra de revisiter les fondements de l’AC et comment elle est mobilisée pour étudier la télécollaboration. (Intervenant pressenti : Anthony Liddicoat, University of Warwick .)

Suite au séminaire, deux actions seront entreprises. La première sera une réunion d’une demi-journée, organisée avec les acteurs de SFERE intéressés par une collaboration sur les plans de la pratique et/ou de la recherche concernant les échanges éducatifs en ligne, notamment à partir des projets existants. La deuxième sera la direction d’une publication internationale dans une revue avec évaluation en double aveugle concernant les méthodologies de recherche sur les échanges éducatifs en ligne. La revue sera de préférence le journal de l’association Unicollaboration.

Annonce de l’événement

Liste des publications servant de base au projet
Cappellini, M. (2017). La télécollaboration vue par la communication exolingue – Pour un enrichissement mutuel de deux traditions de recherche. Alsic, 20, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/alsic/3128

Cappellini, M. & Azaoui, B. (2017). Sequences of normative evaluation in different pedagogical settings through desktop videoconference. Language Learning in Higher Education, 7(1), 55-80.

Cappellini, M. & Combe, C. (2017). Analyser des compétences techno-sémio-pédagogiques d’apprentis tuteurs dans différents environnements numériques : résultats d’une étude exploratoire. Alsic, 20, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/alsic/3186

Codreanu, T. & Combe, C. (2013). Effects of webcams on multimodal interactive learning. ReCALL, 25, 30-47.

Combe, C. (2017). Télécollaboration informelle 2.0 : le vlogue d’un américain en français sur YouTube. Alsic, 20, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/alsic/3094

Dooly, M. & O’Dowd, R. (Eds.) (2012). Researching Online Foreign Language Interaction and Exchange. Theories, Methods and Challenges. Bruxelles : Peter Lang.

Guth, S. & Hel, F. (Eds.) (2010). Telecollaboration 2.0. Bruxelles : Peter Lang.

Ligorio, M. B., Impedovo, M. A. & Arcidiacono, F. (2017). Agency online: trends in a university learning course. Technology, pedagogy and education, 26, 529-543.

Impedovo, M. A. (2017). Investigated Self-Regulated Learning in an online learning course for teacher students. Journal of Research in Social Sciences, 5, 12-21.

O’Dowd, R. & Lewis, T. (Eds.) (2016). Online Intercultural Exchange: Policy, Pedagogy, Practice. Londres : Routledge.

Simonian, S., & Ladage, C. (2014). L’accompagnement et la mise en ligne d’une formation universitaire. In C. Loisy & G. Lameul (Eds.), La pédagogie universitaire à l’heure du numérique. Questionnement et éclairage de la recherche (pp. 173-187). Bruxelles : De Boeck.

Projet 1.3

Cartographie de la relation entre l’éducation, la médiation, les expériences artistique et scientifique et le développement de la personne

Equipe du projet : Ariane Richard-Bossez (MCF Sociologie, LAMES, UMR 7305), Stéphane Mourlane (MCF Histoire, TELEMME, UMR 7303), Pascal Terrien (MCF HDR Didactiques des arts, ADEF, EA 4671).

L’activité de médiation est devenue un enjeu important aussi bien dans le monde de l’art (Aubouin et al., 2010 ; Lafortune, 2012 ; Béliveau-Paquin, 2008) que dans celui des sciences (Rasse, 2001-2002 ; Belaën, 2005 ; Bergeron, 2016), amenant à des questionnements croisés entre médiation artistique et scientifique (Bernaud, Brière, Lochard, 2010 ; Eastes, 2011). Artistes, scénographes, conservateurs du patrimoine et chercheurs sont en outre de plus impliquées dans des démarches collaboratives. Le journal Le Monde évoquait récemment « Art et science, un mariage plus que de raison » (17 novembre 2017). Dans ce contexte, l’une des questions fréquemment posées porte sur les formes de médiation qu’offre l’expression artistique à la démarche scientifique. Plus globalement, on peut s’interroger sur les effets de la médiation sur les publics. Quel(s) rapport(s) à l’art ce processus de médiation permet-il de développer chez les individus (Dewey, 1915/2005 ; Boudinet, 2011 ; Schaeffer, 2015), quel développement de leur expérience esthétique ? Quels effets la médiation scientifique a-t-elle sur les publics à qui elle s’adresse, quelles expériences scientifiques leur permet-elle de vivre (Jurdant, 1996 ; Masseran, Chavot, 2013) ? Peut-on tisser des liens heuristiques entre médiation artistique et médiation scientifique, peut-on relever des observables, des indicateurs qui soient communs à tous les publics, et des effets transversaux de nature didactique ou épistémique dans le rapport à l’art ou aux sciences ?

Ce workshop souhaite rassembler, autour de tables-rondes consacrées à l’expérience artistique et scientifique ainsi qu’aux formes de médiations associées, des spécialistes des questions qui animent les milieux de l’éducation et de la médiation culturelle afin de mieux saisir les effets sur le développement de la personne. Les notions de public(s), de réception, d’expérience esthétique/scientifique, d’éducation à ou par l’art/les sciences, de culture(s), de politiques culturelles, mais aussi les enjeux sociaux et épistémologiques du rapport art/science dans une perspective éducative seront abordées en croisant les perspectives développées dans différents champs scientifiques (sociologie, sciences de l’éducation, didactique, histoire).

Cette rencontre entre chercheurs interrogeant la médiation et ses effets se déroulera le jeudi 24 mai 2018 à l’ESPE d’Aix-en-Provence (14h-18h), un.e grand.e témoin introduira et conclura la journée. Une place sera également laissée aux professionnels de la médiation afin de permettre des réflexions croisées.

L’objectif de ce workshop est de réaliser une cartographie de la relation entre l’éducation, la médiation, les expériences artistique et scientifique et le développement de la personne en s’appuyant sur les chercheurs de la structure fédérative SFERE-Provence s’intéressant à cette thématique. Il s’agit d’encourager et de développer des travaux pluridisciplinaires sur cet axe thématique Arts-Éducation-Culture dans la perspective de pouvoir déposer des projets de recherches de type ANR ou H2020, ou de répondre à des appels à projet de type PIA3.

Annonce de l’événement

Liste des publications servant de base au projet

Nicolas Aubouin et al., « Médiation culturelle : l’enjeu de la gestion des ressources humaines », Culture études, 2010/1 (n°1), p. 1-12.

Florence Belaën, « L’immersion dans les musées de science : médiation ou séduction ? », Culture & Musées, n°5, 2005, pp. 91-110.

Béliveau-Paquin, G. (2008). « La place des acteurs politiques dans les processus de politiques culturelles municipales : une autre conception de la médiation culturelle ». Lien social et Politiques, (60), 75–89.

Andrée Bergeron, « Médiation scientifique », Arts et Savoirs [En ligne], 7 | 2016, URL : http://aes.revues.org/876 ; DOI : 10.4000/aes.876.

Jean-Yves Bernaud, Michel Brière et Jacques Lochard, « Art, science et culture scientifique », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 127 | 2010, URL : http://ocim.revues.org/182 .

Gilles Boudinet, « La violence et l’école : forcer des formes ou former des forces ? », La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, 2011/1 (N° 53).

John Dewey, L’Art comme expérience, Gallimard, 2010.

Richard-Emmanuel. Eastes (dir.), La science en culture, le détour par l’art. Pratiques de médiation scientifique, Paris, Les atomes crochus, 2011.

Baudouin Jurdant, « Enjeux et paradoxes de la vulgarisation scientifique », Actes du colloque “La promotion de la culture scientifique et technique : ses acteurs et leurs logiques”, 12-13 décembre 1996, Université Paris 7 – Denis Diderot, pp. 201-209.

Jean-Marie Lafortune, La Médiation culturelle : Le sens des mots et l’essence des pratiques, Presses de l’Université de Québec, 2012.

Anne Masseran, Philippe Chavot (dir.), Les cultures des sciences en Europe (1). Dispositifs en pratique, Presses universitaires de Lorraine, coll. « Série actes », 2013.

Rasse Paul. « La médiation scientifique et technique entre vulgarisation et espace public »,  Quaderni, n°46, Hiver 2001-2002, pp. 73-93.

Jean-Marie Schaeffer, L’Expérience esthétique‪‪, Paris, Gallimard, 2015.

Projet 1.2

L’évolution pédagogique en France d’Emile Durkheim dans toutes ses actualités (1889-2019)

Equipe du projet : N. Sembel (ADEF, EA 4671), A. Richard-Bossez (LAMES, UMR 7305), G. Combaz (ECP), B. Lahire (Centre Max Weber), M. Darmon (CMW).

Ce projet est une réflexion sur la nouvelle formation des ESPE de demain, adossée à la recherche, abordée dans une perspective sociologique et transdisciplinaire. Dans ce cadre, seront organisées des journées d’étude inter-Espé consacrées aux 80 ans de la parution posthume de l’ouvrage L’évolution pédagogique en France de E. Durkheim. Le projet et le comité scientifique sont en cours de finalisation. Les journées auront lieu les 24 et 25 octobre à l’Espe de Lyon (Croix-Rousse) et les 17 et 18 janvier à l’Espe AMU de Marseille (Canebière).
Les journées porteront sur toutes les actualités de l’ouvrage, sur tout ce qu’il peut apporter pour éclairer et développer la formation des enseignants, la compréhension et la réforme du système éducatif, la socialisation des élèves, la question des disciplines et de la pluridisciplinarité, la comparaison des pédagogies, le plaidoyer pour la pédagogie réaliste qui ouvre vers une promotion de la démarche de l’enquête dès le primaire, un regard critique sur l’agrégation de philosophie et sur les « formalismes pédagogiques », etc. L’approche socio-historico-pédagogique que construit Durkheim constitue un canevas qui permet d’appréhender l’idée de transversalité en éducation, adossée à la recherche, au fondement de la politique de Sfere-Provence.

Liste des publications servant de base au projet
Sembel Nicolas  (à paraître). Evolution pédagogique en France, tome X. Edition des Œuvres complètes de Durkheim chez Droz (direction C. Rol & M. Borlandi)
Sembel Nicolas 2003 Le travail scolaire ». Nathan Université Editions, Paris.

Annonce de l’événement

Projet Axe 1 (2017-18)

Les nouveaux liens CM2/6° : quels impacts sur les pratiques d’éducation à l’écocitoyenneté ?

Projet porté par Michel Floro, Alain Legardez et Jean-Luc Fauguet (laboratoire ADEF).

Aujourd’hui l’organisation scolaire se transforme intégrant la 6° au cycle III des approfondissements. Les objectifs du projet visent à repérer l’impact de cette nouvelle organisation des cycles à l’école, sur les pratiques des enseignants du collège. L’étude sera réalisée dans le cadre des « éducation à », en particulier l’éducation à la citoyenneté, au développement durable,  à l’écocitoyenneté et au patrimoine.

Il s’agira, à l’issue de la recherche, de :

– proposer des dispositifs en formation initiale dans le but de construire un modèle de formation ;

– expérimenter et valider des stratégies de recherche/formation des enseignants ;

– favoriser les débats à travers les initiatives éducatives dans un contexte territorial scolaire et extrascolaire.

Enfin un objectif complémentaire consistera à valider et communiquer les résultats de l’expérimentation dans des initiatives nationales et internationales en lien avec le projet stratégique européen Erasmus.