Jean-Michel Blanquer : “La robotique est une formidable opportunité pédagogique”

Jean-Michel Blanquer : "La robotique est une formidable opportunité pédagogique"
Jean-Michel Blanquer a souligné l’importance de la robotique éducative au 20e salon Educatec-Educatice. // ©  Maud Vincent

Au dernier salon Educatec-Educatice, la Ligue de l’enseignement, en partenariat avec le réseau Canopé, a consacré une table-ronde aux défis posés par la robotique éducative. Les intervenants, tous ardents défenseurs de la chose, y partageaient un point commun : la robotique éducative est pleine de (belles) promesses. Revue de détails.

Utile dans la socialisation des enfants, bénéfique pour l’apprentissage des langues… la robotique a toute sa place à l’école, et ce “dès l’école maternelle”. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, a rappelé lors de sa visite de la 20e édition du salon Educatec-Educatice, le rôle essentiel que pourrait jouer la robotique dans les différents cycles d’apprentissage.

Un ministère pro-robotique éducative

S’il se bat contre l’omniprésence des écrans (et par extension du téléphone portable) à l’école et dans les premières années de la vie, Jean-Michel Blanquer ne voit en revanche “aucun problème à avoir des petits robots qui apprennent aux enfants à se repérer dans l’espace ou qui leur enseignent la programmation de base”. “L’une des grandes vertus de la robotique est qu’elle nous permet d’avoir le numérique sans l’écran”, a déclaré le ministre, qui y voit une “formidable opportunité pédagogique” pour sensibiliser les élèves à ce nouveau langage.“La programmation et la robotique devraient occuper une place de choix dans la nouvelle discipline “Science informatique et Numérique” qui sera proposée dès la rentrée prochaine en classe de première”, a-t-il ajouté.

D’autre part, “la programmation peut être reliée à d’autres savoirs dont nous avons besoin à l’école, notamment la logique et les mathématiques”. La maîtrise de cette nouvelle grammaire n’est pas une option “dans ce monde ultra-technologique dans lequel nous sommes entrés”, appuie-t-il.

Un vecteur d’apprentissage

Une analyse que partage Bertrand Formet, directeur de l’atelier Canopé 25-Besançon : “Développer l’apprentissage avec la robotique d’une part – en créant des interactions avec un robot –, et d’autre part par la robotique, c’est offrir à l’enfant la possibilité de développer des compétences transdisciplinaires : la collaboration, la résolution de problèmes, l’initiative, la réflexion collective, etc.”

Stéphane Brunel, vice-président de la Fédération française de robotique et membre du comité de programmation “RoboCup 2020”, qui organise un tournoi international de robotique auquel participent de jeunes élèves, renforce le propos : la RoboCup “ne met pas tant l’accent sur une hypothétique sanction du résultat – qui est le meilleur ? –, mais au contraire sur une volonté de collaboration entre des élèves appelés à résoudre une multitude de problèmes technologiques en un temps relativement restreint.”

Dans la droite ligne de cette table ronde acquise à la cause des robots en milieu scolaire, Margarida Romero, professeure associée en technologie éducative et directrice de recherche du Line (laboratoire d’innovation et numérique pour l’éducation), à l’université de Nice-Sophia-Antipolis, plaide également pour les bienfaits pédagogiques de la robotique éducative : “Elle donne aux élèves l’envie d’apprendre et de travailler ensemble et constitue en ce sens une formidable ouverture vers l’école et le monde de demain.”

Rendre la technologie accessible

Pour parachever ce tableau optimiste et engagé en faveur de l’alliance homme-machine à l’école, Bertrand Formet, également fondateur du site twittclasses.fr et formateur en éducation aux médias, avance un dernier argument : selon ce professeur des écoles, la robotique éducative en salle de classe pourrait permettre de démystifier la programmation et l’algorithmie : “Il faut montrer qu’en matière de technologie, il n’y a rien d’inéluctable et que ce qui a été fait par l’homme, peut être défait ou corrigé par l’homme.”

Conférence Educatec-Educatice : “Développement de la robotique dans l’éducation et la formation : qu’en attendre et qu’en craindre ?”
La Ligue de l’enseignement organisait le 23 novembre 2018 une conférence en partenariat avec le réseau Canopé. “Outil tangible à la frontière du monde numérique et du monde physique, le robot peut être conçu comme un objet éducatif, un partenaire de l’éducation. Quelle sera sa place ? Quelles fonctions occupera-t-il, dans quelles dynamiques pédagogiques s’inscrira-t-il ? Ces questions en amènent d’autres : si le métier d’enseignant n’est pas directement menacé par la concurrence des robots, il n’en sera pas moins transformé. À quel horizon, et de quelle manière ?”
Avec la Ligue de l’enseignement, EducPros était également partenaire officiel du ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse, organiseur de la 20e édition du salon EducaTec/EducaTice.

Source : https://www.letudiant.fr/educpros/actualite/blanquer-robotique-formidable-opportunite-pedagogique.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.