Colloque SFERE “Espaces sensibles” du 5 au 7 juin 2024, Université d’Aix-Marseille (Schuman, Aix)

Comment prendre en compte ces points saillants dans l’enseignement ? Comment en étudier les effets ? Quelles implications cela peut-il avoir sur la formation et les modalités d’évaluation, sur le terrain et en recherche ?

Ce colloque introduit des notions complexes et leurs implications dans le champ de l’éducation. D’un point de vue fondamental, il devra permettre de questionner des champs souvent à l’interface de plusieurs disciplines et leurs implications tant sociales que cognitives. D’un point de vue appliqué, les travaux présenteront des dispositifs sensibles et les méthodologies de recherche mises en œuvre pour en étudier les effets sur les pratiques inclusives et/ou sur les apprentissages.

Le colloque sera filé par des artistes qui seront les grands témoins et des acteurs de cette manifestation. Nous espérons pouvoir tisser des partenariats pour que des plasticiens, des musiciens, des comédiens, des poètes etc. puissent être présents et accompagner thématiquement ce colloque sous différentes formes : ateliers réflexifs, conférences performées, A/R/Tographies (Belliveau, 2016; Irwin et al., 2017) sont les bienvenus, au même titre que des formats plus classiques de présentation (communication ou posters).

Axe 1 : Axe épistémologique. Empathie/esthétique, création/créativité : notions abstraites ou expériences fondatrices des apprentissages – a fortiori dans la perspective d’une éducation inclusive ?

Quelles évolutions épistémologiques ces notions ont-elles connu au fil des temps ? Des disciplines isolées à l’interdisciplinarité : ces notions s’entremêlent-elles et évoluent-elles lorsqu’elles se croisent ? Quelle place est donnée au sensible comme faculté cognitive ? La créativité, la création et l’empathie peuvent-elles devenir des leviers d’apprentissage ? Quelles épistémologies sont au fondement de la création en arts, et quels liens peuvent s’établir avec la créativité, l’empathie et la construction des savoirs ? Quels liens s’établissent entre ces fondements théoriques et le développement d’une éducation inclusive ?

Axe 2 : Axe méthodologique. Recherches en éducation : incidences méthodologiques d’une définition sensible des notions de « norme » et de « performance » dans une perspective inclusive de l’éducation.

Quelles approches méthodologiques peuvent apporter des réponses aux défis sociétaux actuels et aux objectifs d’Horizon 2030 ? Où en sommes-nous du développement des méthodologies de recherche par les arts (Arts Based Research) (Leavy, 2017)? Les neurosciences cognitives, affectives et sociales peuvent-elles rencontrer les sciences basées sur les arts ou plus largement, les sciences humaines et sociales ? Existe-t-il de nouveaux modèles et sont-ils soutenus par les institutions ? L’inter-/ transdisciplinarité présente des forces et des limites. Comment intégrer la double contrainte de l’injonction à l’interdisciplinarité et de l’évaluation des propositions (inter)disciplinaires ? Quelles implications ces travaux (inter)disciplinaires peuvent-ils avoir sur la formation des enseignants à l’éducation inclusive ?

Axe 3 : Espaces sensibles – quelle place redonner à l’environnement et au corps de l’apprenant/ de l’enseignant ?

De l’école à l’université et dans les Grandes Ecoles, les enseignements-apprentissages du 21e siècle ne peuvent se penser sans imaginer la perspective de l’évolution de nos sociétés, qui elles-mêmes vont devoir tisser de nouveaux environnements. En quoi les espaces intérieurs (architecture, acoustique, mobilier, éclairages) ou extérieurs (outdoor education) peuvent-il modifier le processus d’enseignement-apprentissage pour rendre accessible les savoirs scolaires à tous et faire advenir une école pleinement inclusive et favoriser l’inclusion ? Quelle place le corps sensible (en tant qu’espace intime) et pensant de l’apprenant et/ou celui de l’enseignant peut-il trouver dans la conception des dispositifs d’enseignement et de formation ? Quelles implications méthodologiques (notamment en termes de recueil de données physiologiques par exemple), cela peut-il avoir sur la recherche ?

Programme complet


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
aureliepasquier (3 juin 2024). Colloque SFERE “Espaces sensibles” du 5 au 7 juin 2024, Université d’Aix-Marseille (Schuman, Aix). Les Carnets de SFERE-Provence. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ris


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.