Colloque international “L’implicite langagier et sa compréhension : une question au carrefour des disciplines”, Université Paris Nanterre, 5-6 octobre 2023

L’IMPLICITE LANGAGIER ET SA COMPRÉHENSION : UNE QUESTION AU CARREFOUR DES DISCIPLINES

Ce n’est que très récemment au regard de l’histoire des idées et des disciplines que la question de l’implicite s’est posée dans des domaines aussi divers que la linguistique, la psycholinguistique, la théorie littéraire, la didactique de la lecture ou encore la linguistique-informatique. Il faut ainsi attendre les années 70 pour que la linguistique s’empare de cette notion et qu’apparaissent différentes approches théoriques (d’obédience plus ou moins formelle), ainsi que la production d’analyses précises d’expressions agissant comme des déclencheurs d’implicite. Les études en psycholinguistique ont commencé, quant à elles, au cours des années 1980 et s’appuient souvent sur la méthode expérimentale pour décrire les processus cognitifs permettant l’accès aux significations implicites, notamment chez des populations où cet accès semble compromis. Ces études se caractérisent par le fait d’examiner chaque type d’implicite de façon isolée en employant des protocoles variés auprès de populations différentes. En littérature, les théories de l’interprétation et de la réception ont problématisé les notions d’auteur et de lecteur implicites afin de rendre compte des différents niveaux de lecture induits par les récits de fiction. Dans le cadre de la didactique de la lecture, la question de la compréhension de l’implicite comme marqueur du milieu social et de l’âge des élèves se pose dans les années 1990 et les études menées appréhendent l’implicite dans le cadre très général de la notion d’inférence. Quant aux recherches dans le domaine de la linguistique-informatique, celles-ci ont vu le jour dans les années 2010 et ont donné lieu, principalement pour la langue anglaise, à l’élaboration de schémas d’annotation couplés à des systèmes d’apprentissage.


Nombreux sont cependant les domaines restant à explorer pour une théorisation de l’implicite plus opératoire. Les frontières qui marquent sa définition sont floues et l’on note également un certain désaccord sur la nature des phénomènes langagiers qui participerait à son extension. On observe de plus une fragmentation des études touchant à l’implicite où chaque type d’implicite se voit analyser finement, mais indépendamment des autres. Si ce type de pratique scientifique est bien évidemment légitime et fructueuse en soi, il n’empêche qu’elle ne concourt pas à l’élaboration d’une théorie unifiée de l’implicite comme Sperber et Wilson (1989) avaient, par exemple, tenté de le faire. L’accord sur l’approche gricéenne (1975) de l’implicite en tant que « vouloir dire » n’est intrinsèquement guère suffisant pour mener à bien des analyses, car il conduit – tel un tamis dont les trous seraient trop gros – à considérer que tout dans le langage relèverait de l’implicite.


Mais est-il possible de penser l’implicite au singulier ? L’hétérogénéité des phénomènes langagiers que cette dénomination recouvre (présupposition, implicatures, ironie, tropes, implicite argumentatif, intonation, etc.) n’induit-elle pas à poser qu’il serait plus pertinent de raisonner toujours au pluriel en termes d’implicites ? Autrement dit, peut-on élaborer, tout en différenciant les propriétés linguistiques régissant ces implicites, une approche explicative mettant en relation ces différentes acceptions de l’implicite et qui serait utilisable par toutes les disciplines qui travaillent sur cette problématique ? D’un point de vue épistémologique, l’usage fréquent mais vague du terme d’« implicite » dans les analyses incite à penser que cette expression serait en voie de théorisation, si bien qu’elle ne correspondrait qu’à une notion et non à un concept opératoire. Le fort rendement actuel ne peut-il pas alors s’expliquer par le recours à l’intuition des chercheurs et la nature relativement lâche de son contenu définitionnel qui autoriseraient son emploi sans autre forme de procès ?

C’est à ces questions que ce colloque entend apporter des éléments de réponses en confrontant les besoins et les apports théoriques qui ont émergé dans les domaines de la philosophie, de la linguistique, de la psycholinguistique, de la didactique de la compréhension, de la théorie littéraire et de la linguistique-informatique. Une session sera aussi réservée aux historiens des sciences du langage, afin de remettre en cause l’idée erronée selon laquelle la théorisation de l’implicite daterait de la réflexion gricéenne (1975). De même, une réflexion spécifique sera amorcée autour des questions d’enseignement, d’apprentissage et de formation des enseignants sur l’implicite comme objet scolaire particulier. Les communications pluridisciplinaires – exposant, par exemple, des travaux conjoints menés par des didacticiens et des linguistes ou des linguistes-informaticiens – sont également attendues, afin de rendre patent les nouvelles problématiques qui émergent de ce type de synergie.

Page du colloque



Citer ce billet
aureliepasquier (2023, 11 mai). Colloque international “L’implicite langagier et sa compréhension : une question au carrefour des disciplines”, Université Paris Nanterre, 5-6 octobre 2023. Les Carnets de SFERE-Provence. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u3cm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.