Les neurosciences au service de l’éducation

Jouant certains jeux et en faisant des siestes pendant 3 semaines, les enfants en CP lisent deux fois plus vite!

Magie ? Non, science. Neurosciences…

Une étude récemment publiée online dans la revue Current Biology* montre comment les neurosciences peuvent concrètement contribuer à optimiser l’éducation. Et cela de manière naturelle (physiologique) !

Cette nouvelle étude est l’aboutissement de plusieurs années d’investigations de deux neuroscientifiques, Felipe Pegado (Aix-Marseille Université) et Sidarta Ribeiro (Instituto do Cérebro, Natal, Brésil), un de chaque côté de l’Atlantique, qui étudient deux thématiques totalement différentes : l’un dans le domaine des neurosciences cognitives de la lecture et l’autre en neurosciences du sommeil. Felipe souhaitait confirmer ces résultats suggérant que « l’invariance en miroir » (un mécanisme visuel qui permet la reconnaissance des images en miroir) provoque des erreurs pour l’orientation des lettres (e.g., confusion entre b et d) chez les enfants qui s’alphabétisent, et que cela limite la fluidité de la reconnaissance des lettres, et ainsi la fluidité de la lecture. Sidarta souhaitait confirmer ses premières conclusions selon lesquelles le sommeil, sous forme de siestes à l’école, pourrait considérablement améliorer la consolidation de l’apprentissage du matin.

Les deux ont uni leurs forces et ont conçu une étude pour répondre à ces deux questions fondamentales, simultanément, et cela de façon définitive, en utilisant une approche causale. Ils ont mené des études randomisées contrôlées dans une école à Natal (Brésil), avec des enfants en CP. Pendant trois semaines (une demi-heure par jour), certains enfants tirés au sort ont reçu une formation spécifique pour améliorer la distinction entre les lettres en miroir (comme b versus d et p versus q), grâce à des jeux multisensoriels amusants conçus à partir du modèle théorique d’apprentissage de Felipe, le ‘multisystem mappings’ (voir « Teaching Literacy » en https://en.wikipedia.org/wiki/Literacy ). Le but de l’entrainement était d’aider le système visuel à comprendre les différences entre ces lettres en miroir, en mobilisant d’autres sens (le son des lettres, l’écriture des lettres, la perception tactile des lettres et la ‘perception pour l’action’ sur les lettres). Une partie des enfants dormait après l’entraînement du matin (une bonne sieste après le repas), d’autres continuaient leurs activités habituelles à l’école. Un groupe contrôle ne recevait pas d’entrainement et un autre groupe contrôle supplémentaire effectuait les mêmes jeux multisensoriels, mais avec d’autres lettres, des lettres symétriques telles que A ou X, donc sans apprendre à distinguer l’orientation gauche/droite des lettres.

Les résultats ont montré que les enfants avec l’entrainement spécifique n’étaient plus confus visuellement pour distinguer l’orientation des lettres. Ils ont également grandement amélioré les erreurs d’écriture. Le sommeil a très bien consolidé l’apprentissage, qui était intact 4 mois plus tard. Sans la sieste post-entraînement, il avait une perte d’environ la moitié de l’effet d’apprentissage ! Le sommeil a amélioré l’ampleur, l’automatisme et la durée de l’apprentissage. Et le plus important : les enfants qui s’entraînaient et dormaient lisaient deux fois plus vite que les deux groupes contrôles !

Ces résultats montrent une plasticité cognitive extrême chez l’être humain, capable d’inhiber en 3 semaines un mécanisme cérébrale vieux d’au moins 25 millions d’années (car l’invariance en miroir est présente aussi chez le singe) ! L’article (en libre accès) montre une méthode simple et accessible pour faciliter la fluidité de lecture en CP, ce qui est critique pour la bonne compréhension du texte. Cette approche pourra s’avérer utile pour les enfants en difficulté de lecture (dyslexiques), qui montrent souvent beaucoup de confusion en miroir.

Compte tenu de la crise du coronavirus, Felipe souhaite maintenant répliquer les résultats en France avec une intervention online en proposant les activités multisensorielles aux couples parent-enfant, au soir, avant de s’endormir (https://bdpq.fr/) .

*https://authors.elsevier.com/sd/article/S0960-9822(20)31742-5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.