Appel à contributions – colloque « L’École primaire au 21e siècle »

Clôture de l’appel : vendredi 15 janvier 2021

Tandis que la recherche est convoquée, dans les discours politiques et médiatiques, pour créditer ou pour disqualifier des orientations pédagogiques et didactiques parfois contradictoires, la formation des enseignants et les modalités d’enseignement/apprentissage continuent de susciter des débats importants. L’école primaire fait l’objet d’évolutions et d’attentes qui, à l’heure du numérique et des évaluations internationales, interrogent la posture de l’enseignant, son rôle, ses responsabilités, son expertise. Dans ce contexte, il parait nécessaire de dresser l’état de la recherche qui, dans différentes spécialités, s’intéresse à l’école maternelle et élémentaire.

 De nombreux colloques spécialisés sont régulièrement organisés dans des cadres universitaires (sur l’école maternelle, l’éducation prioritaire, les pratiques inclusives, des questions didactiques ou pédagogiques, etc.) ; des syndicats enseignants, des mouvements pédagogiques et d’éducation populaire contribuent par des rencontres impliquant des chercheurs spécialistes, à la diffusion des débats scientifiques et des résultats des recherches. Cet appel à contribution veut témoigner de la richesse de ces travaux et ouvrir des espaces permettant de les organiser, de les mettre en dialogue mais aussi en réseau à l’occasion d’un colloque universitaire généraliste et d’ampleur.

 Il s’agira d’établir un inventaire synthétique des principales problématiques scientifiques (récurrentes et inédites) portant sur l’école primaire française et de dessiner des liens avec le contexte international de la scolarisation primaire en identifiant :

➢ Les domaines les plus travaillés et les avancées les plus notables, les résultats faisant consensus et ceux faisant controverse ;

➢ la portée prédictive, programmatique ou transformatrice de certains travaux, le caractère itératif des expérimentations ou des dispositifs qui les sous-tendent, les questions émergentes et les nouveaux objets ;

 ➢ la manière dont la recherche se construit et évolue, celle dont ses problématiques bifurquent, se réorientent ou s’adaptent aux enjeux de l’école ; 

 ➢ les éléments de contexte susceptibles de favoriser ou de rendre complexes le développement et la diffusion de ces recherches, les réseaux qui la prennent en charge, les possibles rencontres entre les spécialistes qui y contribuent, leur insertion dans les réseaux internationaux ; 

 C’est parce que nombre de ses travaux traitent des problématiques associées aux champs de l’école et de la formation des enseignants du premier degré que le laboratoire ÉMA, qui adosse les mentions MEEF[1] de l’Inspé de l’académie de Versailles, avec le LDAR et Paragraphe, propose de travailler ces enjeux scientifiques. Depuis la publication en 2014 de son ouvrage collectif École et mutation[2]il continue de s’interroger sur ce qui se joue sur différentes échelles temporelles, par-delà la succession de réformes, attentif à l’émergence de processus de subjectivation qui transforment la part prise par les différents acteurs, élèves inclus, et reconfigurent l’espace et le temps scolaires en même temps que l’élaboration des savoirs. Aussi, les axes de travail pourront se traduire à la fois en communications de recherche, en présentation d’expériences et en confrontations.

Cinq axes de travail structureront les échanges scientifiques 

En savoir plus : Clôture de l’appel : vendredi 15 janvier 2021: https://colloque-lp21.sciencesconf.org/resource/page/id/4


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.