Enseigner les Lumières Questions didactiques et construction des savoirs de l’école élémentaire à l’université

Appel à contributions – Projet de volume collectif sous la direction d’Éric NÉGREL

Appel à contributions – Projet de volume collectif sous la direction d’Éric NÉGREL

En tant que courant de pensée européen, les « Lumières » constituent un objet d’étude commun à plusieurs disciplines scolaires et universitaires. Si la recherche scientifique concernant les Lumières adopte volontiers une approche pluridisciplinaire, la réflexion didactique au sujet de cet objet commun d’enseignement est en revanche plus cloisonnée. Le présent volume se propose de nouer un dialogue entre les différents acteurs du monde enseignant qui sont amenés à approcher les Lumières dans le cadre de leur pratique professionnelle : les enseignants-chercheurs en études théâtrales, histoire, histoire de l’art, littérature française, littératures étrangères, musicologie ou philosophie ; les enseignants-praticiens des disciplines ou enseignements connexes dans les premier et second degrés ; les enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation et les didacticiens de ces disciplines, intervenant dans la formation initiale des futurs enseignants ainsi que dans la formation continue.

Entre le primaire, le secondaire et le supérieur, les différences ne portent pas seulement sur les découpages disciplinaires, les niveaux d’enseignement ou la variété des publics. À l’école élémentaire comme au collège et au lycée, du cycle 3 (CM 1, CM 2, sixième) à la terminale, les programmes publiés par le Ministère de l’Éducation Nationale fixent les objets d’étude, la progression des apprentissages et l’esprit « républicain » des divers enseignements. Néanmoins, le primaire, le secondaire et le supérieur partagent tout à la fois des conditions pratiques d’enseignement, des finalités à court terme liées aux échéances d’évaluation, d’examen ou de concours, et les contraintes d’apprentissage induites. Élèves comme étudiants sont au cœur de dynamiques pédagogiques semblables, qui s’efforcent de tresser ensemble l’acquisition des contenus et savoirs disciplinaires, et l’acquisition de méthodes et de compétences scolaires et universitaires, qui sont soit proprement transversales, soit celles-là mêmes des disciplines scientifiques de référence. Pour remplir leur mission, l’école comme l’université sont créatrices de savoirs hybrides et originaux, modelés par le souci pédagogique et l’« apprêt didactique » (Yves Chevallard). Savoirs scolaires et savoirs universitaires se distinguent donc ‒ selon une logique et des modalités qui leur sont propres ‒ des savoirs savants produits par la recherche scientifique. Les Lumières telles qu’elles sont enseignées, de l’école élémentaire à l’université, se constituent en objet de savoir autonome ; c’est à l’épistémologie de cet objet que le présent volume entend contribuer.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.