Compte-rendu du séminaire de recherche Méthodologies de la recherche en télécollaboration

Cadre du séminaire et objectifs

Le séminaire de recherche Méthodologies de la recherche en télécollaboration s’est dérouléles 4 et 5 octobre 2018 dans les locaux de l’ESPE d’Aix en Provence. Ce séminaire a été organisé avec l’aide de l’UFR ALLSH, de la structure fédérative SFERE et en collaboration avec l’association Unicollaboration. Le public était composé d’environ 40 personnes : des étudiants en master 2 et en doctorat ainsi que des chercheurs en provenance principalement d’Aix Marseille Université, ainsi que de l’Université Grenoble Alpes, de l’Universitat Oberta de Catalunya, de l’Universitat Autonoma de Barcelona, de l’Università degli Studi di Padova et de la Budapest Business School.

Le premier objectif scientifique du séminaire était de dresser un panorama des méthodologies de recherche qui peuvent être déployées pour l’étude des dispositifs et des interactions de télécollaboration. Le terme ‘télécollaboration’[1] recouvre l’ensemble d’initiatives d’hybridation des pratiques de classe qui visent à mettre en contact des apprenants distants afin qu’ils collaborent pour développer leurs connaissances et/ou leurs compétences dans différentes disciplines. Outre à être un champ de pratique pédagogique, la télécollaboration s’affirme comme un domaine de recherche, parfois articulée à la pratique avec différentes formes de recherche-action. Cela est témoigné entre autres par le récent lancement du projet Erasmus + Virtual Exchange[2] par la Commission Européenne.

Le deuxième objectif était d’offrir aux participants au séminaire des ateliers de prise en main des méthodologies présentées ainsi que d’outils d’annotation (ELAN et SPPAS), et de pouvoir échanger avec les conférenciers invités. Le troisième objectif était de réunir les praticiens et les chercheurs qui s’intéressent à l’exploitation pédagogique des échanges de communication médiatisée par ordinateur à Aix Marseille Université.

Présentations

Le séminaire a été l’occasion d’approfondir trois méthodologies de recherche sur la télécollaboration et de prendre en main deux outils d’annotation. Pour les trois méthodologies, chaque conférencier a assuré une première conférence plénière frontale suivie d’un atelier d’analyse collective des données.

La première méthodologie, l’analyse conversationnelle, a été présentée par Anthony Liddicoat (University of Warwick).Il a présenté l’analyse conversationnellecomme une approche qualitative de dérivation sociologique s’intéressant aux procédés de gestion et de co-construction de la réalité sociale dans l’interaction. Grâce aux développements technologiques, l’AC a pu d’une part intégrer la prise en compte de la multimodalité des interactions (prosodie, posture, gestuelle…) ; d’autre part, les échanges en ligne introduisent une médiatisation contraignant les interlocuteurs à adapter ou réinventer les processus de l’interaction. Cette intervention a permis de revisiter les fondements de l’AC et comment elle est mobilisée pour étudier la télécollaboration, à partir de données d’interaction par tchat.

Gilles Aldon, (Institut Français d’Education – ENS Lyon) a développé une réflexion sur la design-based research. Dans cette méthodologie, il s’agit de développer, évaluer, mettre en œuvre et disséminer des innovations éducatives, vues comme solutions à des problèmes éducatifs complexes. Aldon a souligné comment cette approche repose sur une collaboration entre des enseignants et chercheurs dans une démarche combinant recherche empirique en éducation et conception théorique d’environnements éducatifs. Les propos ont été étayés avec des exemples tirés d’une DBR déployée en didactique des mathématiques.

La troisième méthodologie abordée a été l’analyse multimodale venant de la sémiotique sociale, présentée par Jeff Bezemer (University College London). Les interactions en ligne sont caractérisées par la multimodalité, autrement dit la présence simultanée de plusieurs régimes sémiotiques dans la co-construction du sens. Même si le concept de multimodalité est très répandu, son étude présente toujours des défis méthodologiques, que ce soit en termes de recueil de donnée ou de constitution de corpus ou d’analyse. Après une brève revue de comment la multimodalité peut être abordée, Bezemer a présenté plus particulièrement les fondements épistémologiques de la sémiotique sociale comme conception holistique et systémique de la multimodalité. Des exemples d’analyse de la communication dans les réseaux sociaux sont venus étayer les apports théoriques.

Le premier outil d’annotation présenté a été le Eudyco Linguistic ANnotator (ELAN), développé par le Max Planck Institute. La prise en main de cet outil a été guidée par Marion Tellier (AMU – LPL) et Cecilia Li (Open University). Le deuxième outil a été SPPAS, développé au sein du Laboratoire Parole & Langage par Brigitte Bigi et présenté par la conceptrice elle-même.

Conclusion et perspectives

Le séminaire s’est conclu par un feedback des participants, qui ont souligné apprécier le caractère hybride mêlant présentations théoriques et ateliers pratiques. Le séminaire a permis de consolider ou établir des collaborations qui ont débouché sur trois éléments concrets. Premièrement, Marco Cappellini et Christelle Combe ont proposé à l’association Unicollaboration d’éditer un numéro spécial de la revue Journal of Virtual Exchange portant sur les méthodes de recherche. L’association a accepté et une collaboration s’est concrétisée avec Muge Satar (University of Newcastle), co-responsable de la revue. Le numéro est en cours d’édition et sera publié en janvier 2020. Le deuxième élément est l’instauration d’une collaboration entre des enseignants-chercheurs d’AMU et de l’Universitat Oberta de Catalunya, qui a été sollicitée pour le dépôt d’un projet ANR MRSEI pour l’étude de l’acquisition des langues en télécollaboration pour le développement d’environnements numériques d’apprentissage. Enfin, le troisième élément est l’instauration d’un lien entre chercheurs du LPL (Marco Cappellini) et d’ADEF (Maria Antonietta Impedovo), qui ont participé à un consortium pour le dépôt d’un projet Erasmus + sous le pilotage de l’Universitad Autonoma de Madrid pour la recherche sur le développement des compétences clés dans les échanges virtuels.

Marco Cappellini


[1] D’autres expressions existent aussi, telles ‘échanges en ligne pour apprendre’, online intercultural exchange, virtual mobility ou encore collaborative online international learning.

[2] https://ec.europa.eu/education/sites/education/files/erasmus-virtual-exchange-study_en.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.