Conférence François Joliat

Mardi 19 mars 2019, ESPE AMU Aix en Provence, salle de conférence nord (bâtiment E), 17h00-18h30

Enseignant-chercheur invité par le laboratoire ADEF dans le cadre de la campagne enseignants-chercheurs invités ( FIR AMU )

Conférence de François Joliat, professeur pour le domaine ARTS à la Haute Ecole Pédagogique des cantons de Berne, Jura, Neuchâtel (HEP-BEJUNE) (Suisse).
Diplômé (MA) de la Haute école de musique de Lausanne (HEMU) et Docteur en psychologie générale et pédagogique à l’université de Fribourg (suisse).

« De la musique des mots aux mots de la musique »

Dans les années 30, Edgar Willems (1936/1987) reconnaissait déjà que « le drame de l’éducation musicale, ou, en tout cas sa difficulté majeure, se trouvait dans le passage de la vie naturelle, instinctive, à la vie consciente et maîtrisée » (p. 9).

Alors que l’enseignement musical du XXe siècle a largement favorisé l’approche associationniste perception/action et le couplage écouter/reproduire, les recherches récentes sur la littéracie musicale préconisent la mise en œuvre de savoirs faire musicaux qui favorisent la construction de programmes moteurs endogènes pertinents chez les élèves, capables de réarticuler la vocalité musicale par la motricité.

Les recherches sur le musilangage et sur la littéracie musicale montrent que la clé de ce passage entre « la vie naturelle, instinctive » et « la vie consciente et maîtrisée » repose à la fois sur des mécanismes adaptatifs de coordination des actions musicales et sur les conditions sociales du partage du jeu musical.

Si le corps dansé de la vie naturelle et le corps pensé de la vie consciente et maîtrisée produisent des effets semblables, les niveaux de traitement cognitif qui contrôlent ces engagements moteurs sont bien différenciés. Si la motricité n’a pas formaté l’expérience musicale, cette expérience reste du domaine de l’hallucination. Le sujet n’y a pas attribué de signification, parce que sa mémoire n’a pas généré d’attentes perceptives, ni d’équivalents d’actions, opérationnalisables sur le mode de la motricité.

Pour les professionnels de l’enseignement musical scolaire, renoncer à « littéracier » les élèves aux langages de la musique revient à leur délivrer «une créativité sans culture et une spontanéité sans armes» (Culioli, 1993/1996).

Mots clés : Les conditions constructivistes et socio-constructivistes de l’appropriation musicale ─ les facilitateurs de l’appropriation musicale.

Conférence ouverte au public

Affiche

Contact : Annie Rombi (gestionnaire administrative du laboratoire ADEF)

Signature et porteur du projet : Pascal Terrien | Professeur des Universités, responsable du programme GCAF du laboratoire ADEF (EA 4671) et Directeur adjoint de SFERE-Provence (FED 4238)

En savoir plus : http://adef.univ-amu.fr/fr/conf%C3%A9rence-fran%C3%A7ois-joliat


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.