École, religions et laïcité : perspectives comparatistes et interdisciplinaires

Date limite : 18 septembre 2020

« Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs » (CRES), numéro thématique n°21

À l’échelle internationale, l’école est supposée respecter la dimension privée des élèves et de leurs familles, leurs croyances, leurs valeurs et leurs intérêts : c’est la dimension proprement libérale que l’on peut résumer par l’idéal de non-interférence (Pettit, 2004). D’autre part, l’école contribue à construire la dimension publique du/de la citoyen-ne : sans l’enseignement de certains principes et « valeurs » communes, il est difficile d’entretenir un mécanisme d’identification à la communauté politique. C’est pourquoi une tendance forte, politique mais aussi académique, consiste à promouvoir un « nationalisme libéral » (Miller et Gustavsson, 2020). Mais dans quelle mesure la valorisation de la nation peut-elle être libérale en terme de respect de la sphère privée des individus ? Ce dossier propose d’éclairer les tensions, débats et controverses qui procèdent de ces deux exigences scolaires potentiellement contradictoires.

En savoir plus (source Calenda) : https://calenda.org/785481


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.