Archives pour la catégorie Lectures / Readings

Vient de paraître : L’obsession communale -La Calle, un territoire de colonisation dans l’Est algérien (1884-1957) Christine MUSSARD

Aix-en-Provence, PUP, Collection Le temps de l’histoire, 356 p.

Le modèle communal français sert de référent à l’organisation administrative du territoire de l’Algérie française. Dans les années 1880, l’espace conquis a vu se multiplier une déclinaison d’entités communales diverses, dont la commune mixte. Pour ses concepteurs, la création de cette circonscription a une visée singulière : étendre la colonisation dans l’intérieur du pays par l’accroissement du peuplement européen dans des villages ; favoriser le contact entre colons et colonisés et développer une « éducation civique » de ces derniers. Constructions transitoires vers des commune de plein exercice, telles qu’elles existent en métropole, les communes mixtes perdurent néanmoins jusqu’en 1956, soit près de dix ans après leur mort institutionnelle. Continuer la lecture de Vient de paraître : L’obsession communale -La Calle, un territoire de colonisation dans l’Est algérien (1884-1957) Christine MUSSARD 

L’apprentissage mixte pour les formateurs d’enseignants en Asie et en Europe (BL-TEAE)

BLTEAE est un projet de renforcement des capacités des formateurs d’enseignants à travers l’apprentissage mixte (blended learning) basé sur des théories constructivistes innovantes. Cette méthode mixte est développée pour encourager l’apprentissage collaboratif des formateurs d’enseignants dans quatre pays européens (France, Belgique, Danemark, Estonie) et quatre pays asiatiques (Malaisie, Bangladesh, Bhoutan, Pakistan). Les membres de cette communauté travaillent sur les pratiques de formation à l’enseignement à l’aide d’ePortfolios et de vidéos. Continuer la lecture de L’apprentissage mixte pour les formateurs d’enseignants en Asie et en Europe (BL-TEAE) 

Consultation publique sur les Fonds de l’UE dans le domaine de la cohésion

Clôture de la consultation le 8 mars 2018 

«Pour être plus forte, l’Union doit disposer de moyens financiers lui permettant de continuer à mettre en œuvre ses politiques. L’Union a fondamentalement changé ces dernières années, à l’instar des défis qu’elle est amenée à relever. Elle a besoin d’un budget lui permettant de concrétiser ses ambitions. Le cadre financier pluriannuel pour la période postérieure à 2020 doit en tenir compte.» (Programme de travail 2018 de la Commission)

Le budget de l’UE représente actuellement moins de 1 euro par citoyen et par jour. Relativement modeste, puisqu’il ne correspond qu’à environ 1 % du revenu national brut de l’UE ou à 2 % de l’ensemble des dépenses publiques de l’UE, il soutient pourtant la réalisation des objectifs partagés de l’UE en permettant la fourniture des biens publics essentiels et l’obtention de résultats tangibles pour les citoyens de l’UE, qu’il s’agisse d’investir dans les compétences, l’innovation et les infrastructures; de favoriser un approvisionnement alimentaire durable et le développement des zones rurales; de promouvoir les projets industriels et de recherche conjoints; de financer des activités partagées dans les domaines de la migration et de la sécurité; ou de soutenir le développement et l’aide humanitaire.

Le cadre financier pluriannuel actuel, c’est-à-dire le budget à long terme de l’UE, s’appliquera jusqu’à la fin de 2020. En 2018, la Commission présentera des propositions détaillées pour le cadre financier pluriannuel applicable à l’après-2020 et à la prochaine génération de programmes financiers qui bénéficieront d’un financement. Ces programmes/Fonds apportent une aide financière à des centaines de milliers de bénéficiaires, et notamment aux régions, aux villes, aux ONG, aux entreprises, aux agriculteurs, aux étudiants et aux scientifiques.

Les propositions de la Commission seront conçues de manière à permettre à l’Union d’atteindre les objectifs fixés dans les domaines qui importent le plus, là où elle peut être plus efficace que les États membres agissant isolément. Cela nécessitera d’évaluer attentivement ce qui a bien fonctionné par le passé et ce qui peut être amélioré à l’avenir. Quelles devraient être les priorités des futures politiques et des futurs programmes/Fonds? Et comment les concevoir pour produire des résultats optimaux sur le terrain?

Dans le cadre de ce processus et dans le prolongement de son document de réflexion sur l’avenir des finances de l’UE, la Commission lance une série de consultations publiques portant sur l’ensemble des grands domaines de dépenses, en vue de recueillir l’avis de toutes les parties intéressées sur la manière de tirer le meilleur profit de chaque euro du budget de l’UE.

Continuer la lecture

Accentuation de l’ouverture dans le programme Horizon 2020

Dans une communication du 11 janvier 2018, la Commission européenne donne les résultats de l’évaluation intermédiaire du programme Horizon 2020. Son principal objectif « était de tirer des enseignements pour l’avenir, sur la base d’une analyse tant des forces que des faiblesses du programme. » Et elle « contribuera à améliorer la mise en œuvre du programme « Horizon 2020 » pendant ses trois dernières années de validité (2018-2020) ».
Parmi les enseignements tirés, se trouve celui sur l’accentuation de l’ouverture (partie 3.7) dans lequel la Commission indique qu’elle « poursuivra le développement de ses politiques à l’appui du programme européen en matière de science ouverte. » Et que sur « la base de l’expérience acquise dans le cadre de la mise en œuvre du programme « Horizon 2020 », toutes les publications devraient être librement accessibles et toutes les données devraient être faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables (FAIR – pour « Findable, Accessible, Interoperable and Re-usable »). » La Commission « étudiera les options possibles pour que le prochain programme-cadre intègre pleinement la science ouverte comme moyen de renforcer l’excellence scientifique, bénéficier de la participation des citoyens, parvenir à une meilleure reproductibilité des résultats et accroître la réutilisation des données de la recherche. »

Évaluation intermédiaire du programme « Horizon 2020 » : maximiser l’impact de la recherche et de l’innovation européennes

Réaliser un plan de gestion de données «FAIR» : guide de rédaction

« Ce document a pour vocation d’accompagner les chercheurs et chargés de projets dans la rédaction de plans de gestion de données de la recherche (Data Management Plans, DMP). La structure proposée tient compte du cycle de vie des données, de leur création dans le cadre d’un projet de recherche jusqu’à leur archivage. Elle s’appuie également sur divers modèles de plans de gestion de données tels que celui de la National Science Foundation (NSF) ou de l’Interuniversity Consortium for Political and Social Research (ICPSR).
Ce guide intègre les attendus de la Commission européenne dans le cadre d’Horizon 2020 et du FAIR data management (…) »

Source > archivesic.ccsd.cnrs.fr, Nathalie Reymonet, Magalie Moysan, Aurore Cartier, Renaud Délémontez, 23 janvier 2018

Parution ouvrage: Stefano Kaoze : la sagesse bantu et l’identité négro-africaine

Mélanges offerts à l’abbé Stefano Kaoze à l’occasion du centième anniversaire de son ordination sacertodale

Sous la direction de Olivier Nkulu Kabamba et Louis Mpala Mbabula

À une époque où les Noirs colonisés étaient considérés comme des « êtres à l’intelligence inférieure à celle des Blancs », des « sauvages à civiliser », des « païens à convertir et à christianiser », Stefano Kaoze, premier prêtre congolais de la deuxième évangélisation du Congo par les missionnaires européens, se fait remarquer par ses « maîtres » comme un écrivain plein de talents. Ses qualités d’intellectuel furent révélées à partir des lettres qu’il écrivait à ses formateurs et supérieurs ecclésiastiques, ainsi qu’à partir de ses deux illustres publications (La psychologie des Bantu, 1911 et Le métier à tisser chez les Batabwa de Kirungu, 1928). En cette année 2017 où l’Église catholique en République démocratique du Congo célèbre le centième anniversaire de l’ordination sacerdotale de l’abbé Stefano Kaoze, les intellectuels congolais profitent de cette occasion pour saluer la mémoire d’un prêtre doublé des qualités intellectuelles reconnues comme telles par ses formateurs Missionnaires d’Afrique connus sous le nom des « Pères Blancs ». Pour honorer la mémoire de Stefano Kaoze en tant que précurseur des intellectuels congolais, les universitaires qui apportent leur contribution dans ces Mélanges se reconnaissent dans les combats intellectuels menés par Stefano Kaoze, à savoir : la mise en évidence par écrit de la valeur inestimable de la sagesse et de la culture bantu, la priorité donnée à l’émergence d’un christianisme africain, la valorisation de la philosophie et de la théologie africaines, la lutte pour l’émancipation de l’homme noir dans le concert des nations. Les contributions des auteurs dans ces Mélanges, s’inscrivent dans la thèse selon laquelle « la sagesse bantu est véritablement une source d’inspiration d’un noble combat intellectuel pour l’affirmation de l’identité négro-africaine ». Continuer la lecture de Parution ouvrage: Stefano Kaoze : la sagesse bantu et l’identité négro-africaine